Nos conseils Métiers

Canicule : comment travailler sans risques sur un chantier ?

Canicule : comment travailler sans risques sur un chantier ?

Il fait chaud partout en France cette semaine ! Avec des températures proches de 40°C, quelles sont les dispositions à prendre sur les chantiers ? Que dit la réglementation ? Tout savoir pour travailler dans de bonnes conditions en période de canicule.

1. Les aléas climatiques consignés dans le Document unique
2. Canicule : quels sont les signes d’un coup de chaud ?

 

Travailler sur un chantier rend particulièrement vulnérable pendant les périodes de grosse chaleur. Il est donc nécessaire pour un employeur d’informer chacun de ses salariés sur les risques liés à la chaleur, mais aussi comment s’en protéger et reconnaître les signes d’un coup de chaud pour éviter les risques d’accidents.

1. Les aléas climatiques consignés dans le Document unique

Le risque de canicule fait partie des mentions qui doivent figurer dans les documents officiels que doit avoir un employeur. Parmi ces documents officiels, le Document unique, dans lequel doivent apparaître les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la santé des salariés. Ce document liste tous les risques potentiels auxquels s’exposent les salariés pendant un chantier, mais aussi les mesures préventives pour éviter tous les risques d’accidents.

Ainsi en période de canicule, pour le secteur du BTP, les travailleurs doivent disposer d’un endroit dans lequel ils peuvent se réfugier si la météo rend les conditions de travail difficiles, voire impossibles ou pouvant porter atteinte à la santé ou la sécurité des ouvriers sur le chantier. Pour les cas précis des fortes chaleurs, il peut s’agir d’un local mis à disposition des salariés ou d’un endroit dédié sur le chantier.

Le code du travail précise que les employeurs du bâtiment sont dans l’obligation de mettre à disposition (et gratuitement) des travailleurs au moins 3 litres d’eau par jour et par travailleur. En cas de situation extrême, l’employeur peut aussi arrêter l’avancement du chantier pour cause météo. Les salariés peuvent alors prétendre à une indemnité chômage pour cette inactivité forcée.

Dans la plupart des cas, les horaires de travail sont souvent réaménagés.  Le travail sur le chantier débute et termine plus tôt dans la journée, généralement à 15H.

Qui sommes-nous ?

Quotatis met en relation les particuliers qui ont des projets de travaux avec son réseau d’artisans qualifiés spécialisés dans l’Habitat.

En savoir plus

2. Canicule : quels sont les signes d’un « coup de chaud » ?

Si la chaleur de l’été est un facteur climatique auquel sont habitués certains métiers du bâtiment, particulièrement exposés à cette période de l’année, les épisodes de canicule exigent une attention toute particulière.

Pour éviter les risques d’accidents sur les chantiers, soyez vigilants ! Certains symptômes sont révélateurs d’un coup de chaud, dont les conséquences peuvent être lourdes de conséquences. Un chantier est en effet un lieu de travail à hauts risques. Utilisation d’outils lourds et dangereux, présence de produits chimiques, manipulation de matériaux lourds et travail en hauteur peuvent être des risques d’accidents du travail multipliés en cas de canicule.

Les signes d’un coup de chaud sont assez faciles à repérer. Fatigue accrue, mais aussi apparition de maux de tête et de nausées sont des signaux à prendre au sérieux, surtout lorsque les personnes sont fragiles. Les effets de la chaleur sont différents selon les personnes et leur condition physique. Il est important que chaque membre d’une équipe soit au courant des risques liés à une très forte chaleur, afin qu’il soit en mesure d’agir en tout état de cause.

Une des solutions pour s’assurer que les conditions soient plus confortables est de répartir le temps de travail ou diviser une équipe. N’hésitez pas à revoir votre planning ou répartissez le travail de vos ouvriers sur des plages horaires différentes pour ne pas trop ralentir l’avancée du chantier. Cette réorganisation permet de réduire les risques d’accidents de travail quand les conditions physiques des personnes ne sont pas optimales.

Ce qu’il faut retenir

  • On parle d’épisode de canicule quand les températures observées sont élevées jour et nuit pendant trois jours d’affilée. Les seuils d’alerte ne sont pas les mêmes selon les régions : en général,  quand les températures maximales sont supérieures à 33 °C en journée et de plus de 20°C la nuit.
  • L’article L4121-1 du Code du Travail précise que l’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.

 

Que pensez-vous de cet article ?
(1)
lightonline.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trouvez de nouveaux chantiers

Quotatis partenaire de Leroy Merlin recrute des artisans qualifiés partout en France.

Rejoignez-nous

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les dernières infos du secteur!