Nos conseils Métiers

Construire une maison avec des champignons : est-ce possible ?

Construire une maison avec des champignons : est-ce possible ?

Connaissez-vous la brique en champignons ? Ce concept, qui a fait son apparition il y a quelques années est une promesse écologique pour la construction des maisons.


1. Quand innovation rime avec respect de l’Environnement 
2. Construction en champignons : comment ça marche 
3. Les caractéristiques de la brique en champignon
4. Pourquoi ce matériau peut bouleverser le marché de la construction 

1. Quand innovation rime avec respect de l’Environnement

L’innovation a le vent en poupe ! Industriels et fabricants proposent régulièrement des matériaux de construction innovants en essayant d’être le plus respectueux possible de l’Environnement. La priorité ? Ne pas épuiser les ressources naturelles et mettre en place des procédés de fabrication les plus vertueux possibles tout en polluant le moins possible.

Dans ce contexte eco-friendly une société indonésienne, Mycotech, a fait parler d’elle il y a quelques années en mettant au point un concept insolite : utiliser le champignon comme matériau de construction. L’idée a ensuite été reprise par d’autres sociétés et start-up spécialisées en découvertes technologiques innovantes. Elles ont cherché comment utiliser cet élément naturel dans la construction mais aussi pour d’autres utilisations comme la fabrication de mobilier intérieur par exemple. Il se dit que même la NASA se serait intéressée à ce concept jusqu’à imaginer une maison en champignons qui pousserait toute seule sur Mars.

Qui sommes-nous ?

Quotatis met en relation les particuliers qui ont des projets de travaux avec son réseau d’artisans qualifiés spécialisés dans l’Habitat.

En savoir plus

2. Construction en champignons : comment ça marche

C’est en 2013 que la première brique en champignon a été expérimentée. Comment est-elle fabriquée ? La brique est conçue à partir du mycélium, c’est-à-dire la partie du champignon qui développe des racines. Pour obtenir une matière dense et compacte, le procédé est assez simple : il suffit de laisser les racines se développer, puis, quand celles-ci sont suffisamment importantes, elles sont mélangées à un substrat composé de déchets organiques. Ainsi, lorsque les racines se développent en fusionnant avec ce dernier, le tout forme un ensemble compact en moins d’une semaine.

La dernière étape consiste à faire sécher ce condensé de matière organique, puis le passer au four. La chaleur permet d’éliminer toutes traces de micro-organismes pour éviter un pourrissement éventuel. Mais elle permet aussi à la brique de n’être constituée que de matière bien sèche extrêmement dure.

3. Les caractéristiques de la brique en champignon

Un des avantages du mycélium est qu’il pousse très vite. 3-4 jours suffisent pour obtenir des racines importantes, et cela, sans intervention humaine ou surveillance particulière. Le processus de fabrication est 100% naturel et le recours à l’électricité quasi-nul.

En plus d’être relativement faciles et rapides à produire, les briques en champignons sont réputées pour être légères, en comparaison avec une brique traditionnelle. Elles sont donc faciles à transporter et à manipuler. Mais aussi résistantes, ininflammables et dotées de propriétés thermiques intéressantes. Une brique en champignon peut donc protéger du froid mais aussi de la chaleur. Et elle serait même, selon certains adeptes, dotée de propriétés anti-vibrations. Certains spécialistes en isolation pensent d’ailleurs à utiliser le champignon comme isolant.

4. Pourquoi ce matériau peut bouleverser le marché de la construction

  • Le champignon, plus précisément le mycélium, se distingue par le fait qu’il est très facile à cultiver sans beaucoup de ressources. Il est donc accessible à tous, cultivables sur tous les continents et surtout, il se développe très vite et en quantité. Un pied de champignon peut créer beaucoup de volume de mycélium et donc un grand nombre de briques, ou autres dérivés de produits conçus pour la construction.
  • Toutes les formes sont possibles. Il suffit de cultiver le mycélium dans un moule pour lui donner la forme souhaitée.
  • Avec ce matériau, les travaux de soudure deviennent pratiquement inutiles puisque les briques vont fusionner entre elles naturellement.

Ce qu’il faut retenir : Si le mycélium a aujourd’hui a fait ses preuves sous forme de prototypes (mobilier d’intérieur, oeuvre d’art), et comme matériau d’emballage pouvant remplacer par exemple le plastique et le polystyrène, son utilisation pour du gros œuvre en est encore à ses prémices. Son utilisation dans la construction serait un grand atout écologique mais aussi économique.

Que pensez-vous de cet article ?
(1)
lightonline.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trouvez de nouveaux chantiers

Quotatis partenaire de Leroy Merlin recrute des artisans qualifiés partout en France.

Rejoignez-nous

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les dernières infos du secteur!